retour à la page principale

Hommage à Pierre

C’est l’hiver, le soleil joue avec les cristaux de neige qui virevoltent au vent
Les épinettes chantent, se courbent et nous regardent tendrement
Les skis martèlent la trace gelée
Tu es l’ami Pierre qui glisse et nous entraîne sur le chemin poudré.

C’est le soir, la bougie illumine les ombres
L’amitié des coeurs autour des bols fumant
Le velours de la nuit glaciale coule sur les étoiles immaculées
Tu es l’ami Pierre qui veille et nous réveille.

Dans ma tête les délicieux souvenirs dansent et s’entrechoquent
Monts-Valin, Saguenay, Charlevoix, Chic-Chocs ...
Et bien d’autres des Rocheuses aux Pyrénées
Tu es là, le sourire paisible, entre neige et cosmos.

C’est l’été, appel, écart, R2, appel, R3, bac avant, chaque seconde compte
La peur s’alourdit, l’attention redoublée, le rapide gronde et se rebelle
Le canot fend les vagues et les souvenirs se gravent à jamais
Tu es l’ami Pierre qui guide, apaise et conduit sur l’écume.

C’est la nuit, les flammes dansent sur la plage
Un rayon de Jupiter émerge de la rivière des Inuits
Entends-tu le loup hurler dans la nuit du grand Nord ?
Tu es l’ami Pierre dans les draperies de l’aurore boréale.

C’est l’automne, les couleurs des arborescences rivalisent d’élégance
Arborescences différentielles, noyau des intégrales itérées
Entend tu bruisser les bourgeons des éclosions combinatoires ?
Tu es l’ami Pierre qui navigue sur les cimes mathématiques.

C’est l’hiver, la neige est abondante et la douleur s’installe
De ta grande fenêtre, une dernière éclipse de lune
Une dernière embrassade, une heure intense et poignante,
Le moment du départ approche, un dernier au revoir,
Tu es mon ami Pierre qui est gravé dans mon coeur.
Je ne t’oublierai jamais.

Avec infiniment de reconnaissance,
ton ami Xavier
Isle-Saint-Georges
le 12 mars 2008